Image jambe_edited.png

Phlébologie - Traitement des varices par sclérothérapie 

 

 

La sclérothérapie est une technique qui consiste en l’injection d’une mousse ou d’un liquide à l’intérieur des varices qui causera la cicatrisation interne, l’occlusion et le durcissement (la sclérose) de la veine. Le sang ne pourra donc plus circuler à travers la veine variqueuse et devra circuler par d’autres veines plus saines. Éventuellement, la varice disparaîtra.

Lors de l’évaluation clinique, les patients doivent porter des shorts afin de faciliter l’examen des jambes. Très souvent, le médecin effectuera un test avec un appareil Doppler pour vérifier s’il y a présence de reflux au niveau de la veine saphène.

Après avoir fait un questionnaire approprié et un examen physique, le médecin procédera à une série d’injections d’une mousse ou d’un liquide sclérosant. Le nombre d’injections dépend de l’importance des varices et des télangiectasies. Les plus grosses ne requièrent habituellement que 4 ou 5 injections, alors que les plus petits vaisseaux, souvent plus nombreux, nécessitent plus d’une dizaine d’injections. Sachez qu’en tout temps, il vous est possible de mettre fin à la session et de remettre à plus tard les injections. Selon le nombre et la sévérité des varices, le plan de traitement peut nécessiter plusieurs séances d’injections.

Lors de l’injection, le produit agit localement sur la varice traitée. Toutefois, la varice réagit à ce « traumatisme » en libérant de l’endothéline, une substance qui se répand dans la circulation et qui peut entraîner la contraction des vaisseaux sanguins (vasoconstriction). On pense qu’il peut y avoir un lien entre la sécrétion d’endothéline et l’apparition des migraines après un traitement de sclérothérapie (effet secondaire possible). Pour cette raison, il faut limiter autant que possible la quantité de produit injecté en une session. Selon les normes internationales, la quantité maximale de mousse pouvant être injectée par séance est 10 ml. Aussi, il est important de dire que la mousse continue de faire effet et de se disperser dans les varices après l’injection, donc il ne sert à rien d’être trop « agressif » lors d’un même traitement.

La douleur causée par l’injection des varices et des télangiectasies est une préoccupation constante pour le médecin et bien sûr, pour les patients. La douleur ressentie est différente pour chaque personne, dépendant de son seuil de tolérance à la douleur. Généralement, la plupart des patients ressentent un inconfort au moment de l’injection similaire à celui d’une prise de sang.

Les contre-indications à la sclérothérapie

Il existe des contre-indications absolues à la sclérothérapie :

  • Allergie connue à l’agent sclérosant utilisé (Tromboject)

  • Thrombophlébite profonde ou embolie pulmonaire au cours des 6 derniers mois

  • Présence d’une infection active aux jambes ou fièvre au moment du traitement

  • Pour l’utilisation de sclérothérapie avec mousse : présence d’une malformation cardiaque appelée « foramen ovale perméable », qui se trouve à être un trou entre l’oreillette gauche et l’oreillette droite du cœur.

Avant votre séance de sclérothérapie

Certaines recommandations sont à suivre avant un traitement par sclérothérapie :

  • Ne pas consommer d’aspirine ou d’anti-inflammatoires (ex : Ibuprofène, Advil®, Motrin®, Naproxen®) pendant les 48 heures précédant votre séance puisque ces médicaments peuvent aggraver les ecchymoses (les « bleus ») après la sclérothérapie. Si vous prenez des anticoagulants (médicaments qui « éclaircissent le sang »), il est essentiel que vous en avisiez le médecin car généralement, la sclérothérapie est non recommandée chez les patients qui prennent ce médicament.

 

  • Le jour de votre séance de sclérothérapie, veuillez porter des pantalons amples ou une jupe et apporter des shorts non ajustés que vous pourrez porter lors du traitement.

 

  • Si vous êtes susceptible de développer des malaises ou des étourdissements suite à une procédure médicale, veuillez prévoir de venir accompagné afin que quelqu’un puisse vous reconduire à la maison de manière sécuritaire.

Complications possibles de la sclérothérapie

Comme il n’existe aucune procédure ou traitement médical sans aucun risque, il est important que vous soyez informé des complications possibles de la sclérothérapie :

  • Douleur aux sites d’injections et raideurs aux jambes. Selon les patients et la grosseur des varices traitées, les douleurs et les élancements aux jambes peuvent durer de quelques heures jusqu’à quelques semaines.

  • Puisque le but du traitement est de scléroser les varices, certaines personnes auront la sensation de palper un « cordon dur » où se trouvait la veine traitée. Cela signifie que la varice est complètement occluse et que le sang ne circule plus dans cette veine. Cette sensation peut persister jusqu’à plusieurs mois.

  • Ecchymoses (des « bleus ») aux sites d’injections

  • Hyperpigmentation (coloration brunâtre/bleutée qui peut être linéaire ou localisée)

    • Cette complication peut survenir dans 30% des cas et s’estompe habituellement progressivement sur plusieurs mois. Environ 90% des cas d’hyperpigmentation sont résolus en un an. On croit que l’inflammation causée par la sclérose des veines et l’imprégnation de fer dans la peau en sont les causes. Si la situation persiste plus d’un an, le laser peut aider à atténuer l’hyperpigmentation.

 

  • Formation de nouveaux petits vaisseaux aux sites d’injections (« matting »)Il s’agit d’un phénomène temporaire qui survient dans 5 à 75 % des cas et 2 à 4 semaines après la séance. Habituellement, ces petits vaisseaux disparaissent d’eux-mêmes en 3 à 12 mois. Les femmes qui prennent des hormones pour la ménopause sont plus à risque.

 

  • Un petit caillot de sang peut se former aux sites d’injections et laisser une petite bosse. Ceci se résout habituellement sans intervention en 2 à 8 semaines.

 

  • Récurrence – Récidive des varices. De nouvelles varices peuvent apparaître au cours des années. L’insuffisance veineuse superficielle est une maladie évolutive. Également, il arrive souvent qu’après la destruction de veines par la sclérothérapie ou la chirurgie, l’organisme réagit en créant de nouveaux vaisseaux sanguins, ce qu’on appelle la néovascularisation.

Il existe des complications sérieuses mais rares à la sclérothérapie :

  • Thrombophlébite superficielle, thrombophlébite profonde, embolie pulmonaire

  • Nécrose cutanée (escarre, ulcère), embolie artérielle, embolie d’air

  • Migraines, troubles visuels temporaires (flash)

  • ACV (très rare : quelques cas dans le monde)

  • Réaction allergique sévère au produit (très rare : 0,001%)

Consignes à respecter après votre traitement de sclérothérapie

  • Pour soulager les inconforts après le traitement, vous pouvez utiliser de la glace et du Tylenol®. Le gel d’Arnica (produit homéopathique) peut aussi être utilisé sur les jambes traitées. Il est conseillé de ne pas consommer d’anti-inflammatoires (exemples : Ibuprofène, Motrin®, Advil®, Naproxen®) ou d’aspirine pendant 48 heures après votre traitement par sclérothérapie. Ces médicaments peuvent aggraver les ecchymoses.

 

  • Comme l’activité physique et les contractions musculaires favorisent une meilleure circulation sanguine des jambes, il vous est fortement conseillé de marcher au moins 30 minutes par jour. L’entraînement des mollets et les flexions des chevilles sont bénéfiques pour les veines des jambes. Par contre, évitez les exercices physiques soutenus et intenses, comme la danse aérobique et la levée de poids, pendant 48 heures après une session de sclérothérapie.

 

  • Les souliers à talons hauts sont à déconseiller de façon générale, mais plus particulièrement chez les personnes souffrant de varices ou de problèmes de circulation veineuse. En effet, les souliers à talons hauts limitent la mobilité des mollets et donc la capacité des muscles à pomper le sang veineux vers le cœur. Il vous est conseillé de limiter la hauteur des talons à un pouce.

  • Pendant les 7 jours suivant votre traitement de sclérothérapie, évitez les bains chauds afin de prévenir la dilatation des veines des jambes. Évitez également de prolonger  votre douche pour ne pas demeurer immobile en position debout sur une longue période.

  • En ce qui concerne l’exposition au soleil, il n’y a pas de problème tant que vous utilisez une crème solaire d’au moins FPS30. Évitez les sessions de bronzage jusqu’à ce que les ecchymoses soient disparues car le bronzage pourrait être irrégulier. N’utilisez pas de lotions auto-bronzantes sur les jambes pendant au moins un mois suivant votre traitement. Ces lotions peuvent causer des marques.