Lipolyse par injection

 

 

 

Pour se débarrasser des amas de tissus graisseux, les techniques les plus populaires sont la liposuccion et la lipolyse par injection. La liposuccion est une aspiration mécanique de la graisse alors que la lipolyse par injection consiste à injecter une solution constituée de molécules qui provoquent la destruction des cellules de graisse sous la peau. Il est important de comprendre que la liposuccion et la lipolyse ne sont pas des traitements contre l’obésité et ne permettent pas de perdre du poids.

La lipolyse par injection est utilisée en Europe depuis des décennies et plus récemment en Amérique du Nord. L’intervention consiste à injecter des petites quantités de produits pharmacologiques (phospatidylcholine, acide déoxycholique) dans les tissus graisseux sous-cutanés avec une fine aiguille. Le nombre d’injections dépend

évidemment de l’étendue de la zone à traiter. Afin d’atténuer l’inconfort associé aux injections,

l’application d’une crème anesthésiante localement 1 heure avant l’intervention est proposée.

Les régions du corps qui peuvent être adressées par lipolyse par injection sont :

  • La région sous-mandibulaire/sous-mentonnière (double menton)

  • La région du dos (exemple : bourrelet sous le soutien-gorge)

  • La région des triceps

  • L’abdomen

Il n’y a pas de restrictions ou consignes particulières à suivre après le traitement sauf de bien s’hydrater et d’éviter les activités sportives intenses pour 3 jours. Suite à la rencontre, les patients peuvent appliquer de la glace et utiliser de l’acétaminophène (Tylenol©) pour atténuer les inconforts.

Après le traitement, on peut s’attendre à ce que les patients présentent de la douleur, une sensation de brûlure, de l’enflure, de la rougeur, des « bleus » (ecchymoses/hématomes), une sensation de dureté des tissus (induration) et des engourdissements aux sites de traitement. Ces effets peuvent durer quelques jours puis diminuent progressivement. Il peut arriver qu’il se produise une réaction allergique plus marquée aux endroits traités. L’utilisation de médicaments antihistaminiques (ex : Reactine©, Aerius©) peuvent aider à diminuer les symptômes.

Lorsque la zone du double-menton est traitée, un effet secondaire rare (2% des cas) est la difficulté à avaler (dysphagie). Ceci se résout spontanément généralement au bout de quelques jours. De plus, si les injections sont effectuées trop près de l’os de la mâchoire, la mandibule, il y a un risque de léser un nerf, soit le rameau marginal mandibulaire du nerf facial (4% des cas). Ceci se manifeste par un sourire inégal. Cette complication est temporaire et peut durer en moyenne 45 jours. Le médecin injecteur prendra évidemment les précautions pour réduire les risques de complications sérieuses.

La plupart des patients verront des résultats après 6 à 8 semaines et en règle générale, au moins 2 séances d’injection sont requises, à un intervalle de 8 semaines entre les traitements. Toutefois, jusqu’à 6 séances peuvent parfois être requises pour atteindre les objectifs esthétiques.

Cette intervention est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Il ne doit pas y avoir de signes d’infections localement aux sites à traiter. Les personnes ayant une peau relâchée sans amas graisseux sous-jacent ne sont pas candidates à la lipolyse par injection. Les personnes qui ont déjà de la difficulté à avaler (dysphagie) ne doivent pas recevoir de traitement dans la zone du double-menton.

2320484_edited_edited.png